Transitions et inclusion sociale et numérique


Matinée du 8 juillet :

Accès aux droits et inclusion numérique

« Avec des droits sociaux qui se complexifient et un processus de dématérialisation qui demande des habilités numériques, de nombreuses personnes sont en difficulté pour accéder leurs droits.
Pour y arriver une diversité d'acteurs et de lieux existent : acteurs généralistes ou spécifiques du numérique, du social, institutionnels, associatifs. Néanmoins, pas toujours facile de frapper à la bonne porte en fonction de la demande. Pour faciliter l'accès des citoyens à leurs droits, des territoires organisent une réponse coordonnée, identifie des niveaux d'aide, améliore leurs accueils, développe une culture partagée socionumérique. Intelligence collective oblige pour une situation très excluante, cette session mettra en partage expériences de territoire et travaux de recherche/action. »



Matinée du 9 juillet :

Vers une hybridation des métiers et des compétences pour un accompagnement socionumérique des demandes ?


« Que l'accompagnement soit réalisé au sein d’une mairie, d’un équipement de quartier, ou un ccas, la réponse aux demandes des publics est aujourd'hui tout autant sociale que numérique. Professionnels, bénévoles des deux secteurs et généralistes se trouvent parfois dans un certain inconfort pour apporter une réponse. Si une organisation est nécessaire au niveau territorial, cette session propose de s'arrêter sur les compétences : quel bloc de compétences et savoir être pour quel niveau de réponse, pour quels publics ? En quoi ces compétences rejoignent les référentiels professionnels (intervention sociale par ex) ? Des compétences à développer dans les dispositifs de formation initiale, continue ? »

Matinée du 10 juillet :

Vers un observatoire partagé de l'inclusion numérique ?


"Données, cartographies, chaque territoire réinvente ses outils. Quel est le sens qui leur est donné ? Quelle mutualisation ?
Partager l'information avec le plus grand nombre via des cartographies, disposer de données, sur l'appropriation des usages, des équipements pour mieux cibler l'action, faire évoluer les politiques publiques… sont des autant d'objectifs pour lesquels sur chaque territoire fleurissent des cartographies, des outils et systèmes divers, chaque fois réinventés.
Pourtant n'y aurait-il pas un intérêt à mutualiser outils et données, à penser ensemble leur sens pour des communs qui bénéficient à toutes et tous ?
Comment mutualiser les démarches, rendre les données et outils partageables ? (observatoire social, cartographie)
"