Session 2016/E-inclusion

De Forum des Usages Coopératifs

Version du 8 juillet 2016 à 12:50 par Vote (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Coordination : Annabelle Boutet-Diéye


Retrouvez la totalité de l'émission de mercredi matin' Se réapproprier la parole



  • Présentation :

Une session pour aborder la question de la production, de la création et de la conception au service de toutes et tous et en priorité des personnes les plus fragiles ou les plus en difficulté en matière d'accès aux ressources. Cette session posera les questions suivantes : Dans quelle mesure les nouveaux espaces de création et de production comme les Fablabs ou l'agriculture urbaine, par exemple, sont des outils réels en faveur de l'inclusion sociale ? Comment les expériences de formation au codage et à la création d'entreprise ou de projets participent de l'émancipation des jeunes ?

L’objectif de cette session est de travailler autour d’initiatives qui donnent accès à des personnes, ou groupes de personnes, en difficulté ou exclues, à des outils, méthodes, projets leurs permettant d’agir et de re-prendre le pouvoir. Nous avons identifié 3 thématiques pour 3 sessions : la ville, la parole/l’expression, l’économie.


Construction de la session

Mercredi 6/07, 10h30-12h30 : Se [ré-]approprier la parole
    • Description : Comment les habitants d’un quartier, d’une résidence, des personnes en situation d’enfermement s’emparent du micro, de la caméra ou de la plume et s’expriment pour donner leur vision du quartier, de leur vie. Et comment cette démarche peut influencer d’autres aspects de leur vie.
    • Animateur : Jerôme Lamache (Région Normandie)
    • Intervenant(s) :

- Webradio Maissin : Sandy Guéguen, Alain Boutel, Georges Lennon, Noelle Boussouffara, Christian Milin et Fatah Miloubi

« Le service Hébergement-Logement s’adresse à des personnes dont les difficultés souvent cumulées, ne leur permettent pas d’accéder directement à un logement de droit commun. Le service gère un centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) de 35 places, une pension de famille de 24 places et un parc de 342 logements. Les ménages qui intègrent un logement, bénéficient d’un accompagnement social généraliste (accès aux droits : RSA, CMU, emploi) et lié au logement (travail sur le savoir-habiter et le savoir gérer). » (@-brest, 31/03/14)

Les volontaires sont invités à produire des webreportage du choix des sujets à la réalisation finale. Cette année les équipes ont produit des audio-guides sur le quartier de Maison Blanche et du Quartz en allant notamment interviewer des acteurs de ces lieux.

- Citadelles: Alain Faure

Projet porté par les Etablissement Bollec et dont l’objectif est la création d’un magazine par les femmes détenues de la prison de Rennes. Dans une cinquantaine de pages, on y trouve des recettes de cuisines, des informations culturelles, des idées beauté et mode mais aussi des conseils sur la vie en détention lorsque l’on est une femme et parfois une mère. Au départ, le magazine était fait pour et par les femmes détenues mais depuis son dernier numéro, il est accessible hors les murs.

- Quartiers Libres TV: Régine Roué, Martine Hémidy, David Levaufre, George Puyo, Bertrand Gloria, Philippe Jaffres, Claude Bernard et André-François Meunier

Pour faire face à une image dégradée des quartiers dits sensibles ou prioritaires, dont ils sont les premières victimes, des collectifs de quartiers et les habitants qui les composent, des associations et des équipements de trois quartiers ont décidé de devenirs acteurs et producteurs d’une communication qui valorise leurs territoires. C’est pourquoi ils ont mis en place « Quartiers libres TV » où ils réalisent des reportages et des émissions vidéo qui nourrissent une Web TV. Ils traitent tous les sujets de la vie sociale, de l’emploi, de la santé, de la culture ou de la solidarité et du vivre ensemble.


Jeudi 7/07, 10h30-12h30 : Se [ré-]approprier la vi[ll]e 
    • Description : Comment des projets, tels que les incroyables comestibles ou l’urbanisme participatif aident, ou pas, de la [ré-]occupation de l’espace public mais en y intégrant une dimension active, citoyenne. Participent également à la mixité sociale, et sous quelles conditions.
    • Animateur : Jacques-François Marchandise (Fing)
    • Intervenant(s) :

- Bellevue, Incroyable quartier : Élodie Bouliou, Mathilde Orain, Noellie Duffau et Jessica Banks

Présentation de la dynamique de réappropriation par ses habitants du quartier de Kerbernier autour des jardins partagés et du projet Incroyables comestibles...entre autres.

Le projet a été lancé, dans le quartier de Kerbernier, à Brest en juin 2014 et fait aujourd’hui des émules dans différents quartiers et communes de Brest Métropole. Après un premier mouvement de plantation de légume dans l’espace public, en mai 2016, avec l’accord de la ville, a débuté la plantation d’arbres fruitiers. Le projet porte également la distribution de seaux à compost. Ancré dans le quartier, le projet lie plusieurs initiatives, associations et équipements : l’AFEV, le collectif des jardins partagés, le Centre social et des établissements scolaires.

- Friche Belle de Mai (Marseille) et quartier de la Manufacture (Saint-Etienne): Page Linledin de Fabien Labarthe

Fabien Labarthe présentera et parlera de deux projets de rénovation urbaine visant à créer des espaces hybrides: espaces de création, espaces d'expression citoyenne, espace de mixité sociale. Comment ces projets se mettent-ils en place, qui sont les porteurs? Comment faire cohabiter des designers et des artistes, leurs publics et des habitants de logements sociaux? La mixité sociale fonctionne t-elle?


Vendredi 8/07, 10h30-12h30 : Se [ré-]approprier l’économie
    • Description : Économie dans un sens un peu détourné car l’idée est de voir comment des outils et des méthodes de l’économie numérique (comme les fablabs et les tiers lieux) sont investis par des jeunes ou par des personnes en recherche d’emplois (et ne sont pas laissés aux seuls initiés geek des entreprises ou des écoles d’ingénieurs). La question est également de savoir comment cette démarche peut influencer d’autres aspects de leur vie.
    • Animateur :
    • Intervenant(s) :

- Les PapiFab à Brest : Coline Rannou-Colliot (Les Petits Débrouillards)

"Avec le réseau des 108 PAPI (Point d’Accès Public à Internet), la ville de Brest souhaite accompagner le mouvement autour de la fabrication numérique (Ty fab, Open bidouille camp, Fabriques du Ponant) afin d’en démocratiser les usages. Le projet PAPI-Fab vise à soutenir quelques premiers PAPI désireux de faire découvrir de nouveaux usages auprès de leurs publics en les équipant de matériels (type imprimante 3D, Kit Arduino, découpeuse vinyle,…), en les sensibilisant à la pratique de ces nouveaux outils, en initiant un réseau d’acteurs en lien avec les Fabriques du Ponant. Tout comme la mise en place des PAPI, la ville de de Brest souhaite accompagner les PAPI-Fab sur la base du volontariat, au rythme des envies et des projets des acteurs de terrain en prenant en compte le temps long de l’appropriation des usages." (a-brest, 12/02/2015)

- Hope and Bike (Caen) : Matthieu Debar

« "Hope & Bike" est un projet culturel. Il met en présence un groupe de partenaires composé d'un atelier d'aide à la réparation de vélos (Vélisol/Maison du vélo de Caen), une Mission locale (Caen la mer/Calvados centre), une entreprise mécène (Fondation Orange) et un centre de sciences (Relais d'sciences), pilote du projet. La base de ce projet est la conception d'un système électronique open source capable de relier un moteur électrique avec une batterie. Ce système permet aujourd'hui de transformer un simple vélo en vélo à assistance électrique (VAE). Il pourra être utilisé demain pour équiper un fauteuil roulant, une trottinette ou une brouette. » (Hope & bike : un projet social et solidaire ».

- Poc la girafe (Brest) : Lydie Camblan, Gaëlle Allain-Thomas et Eleonore Robin.

POC La Girafe a le projet de créer une structure collaborative dédiée à la conception, à l’élaboration et la production en série limitée de produits textiles. Elle proposera à sa communauté de créateurs professionnels et amateurs un espace de coworking et la mise à disposition d’outils de production (machines professionnelles, spécialisées, imprimante textile…). Elle permettra de mutualiser les achats de matières premières, de valoriser les déchets textiles (récup, upcycling), et s’inscrit dans une démarche de développement durable. Elle rassemblera sur un seul site tous les acteurs de la filière et favorise ainsi les échanges et les partages d’expériences et de savoir-faire.


Ressources